Canton de Sélestat : L'Alsace au cœur, Denis Digel et Muriel Braun se lancent dans les élections départementales


10 mai 2021

Je m'appelle Muriel Braun. Je suis maman de 3 enfants et je suis une boesenbiesengeoise depuis ma jeune enfance. Je suis infirmière libérale et j'ai créé mon cabinet sur Boesenbiesen.

C'est la première fois que vous candidatez pour un mandat ?

Oui, c'est la première fois que je candidate pour un mandat.

En revanche, monsieur Digel, vous n'êtes pas à votre coup d'essai. Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis maraîcher à Sélestat, président d'une coopérative, fondateur d'un magasin de producteurs à Colmar qui s'appelle ''Coeur Paysan''. Je me suis engagé en politique il y a 6 ans sur Sélestat où j'ai pleinement rempli mes missions, élu en charge de la forêt et l'année dernière, j'étais candidat en tête de liste à la Mairie de Sélestat. Malheureusement, nous avons échoué de quelques voix. Aujourd'hui, je suis candidat aux élections cantonnales. 

Pourquoi vous présenter pour ce mandat ?

Muriel Braun - Je pense qu'il faut des hommes et des femmes de terrain. Je n'ai aucune connaissance politique mais je me rends compte par mon métier et par ma vie de tous les jours que je suis dans tous les champs d'action de la CEA (Collectivité Européenne d'Alsace). Je suis infirmière libérale. J'arpente les routes de notre Centre Alsace tous les jours. J'ai des enfants qui sont au collège. J'interviens chez les personnes âgées tous les jours. Je vois leurs besoins, leurs motivations. Je suis très impliquée pour mes patients que je soigne. C'est un champ d'action qui est très important pour la CEA. Je peux être qu'une candidate optimum pour avancer et amener ce que je peux, pour que l'humain soit mis au centre de la réflexion et qu'on tient compte de leurs besoins.

C'est la même volonté pour vous monsieur Digel ? C'est d'arriver à un échelon supérieur ? 

Denis Digel - Un échelon supérieur, je ne dirais pas cela. Je suis un homme de terrain. Ma mère est native de Mackenheim, donc je connais très bien le canton. J'ai passé de belles vacances chez ma grand-mère. C'est un secteur que je connais bien et par ma profession et mes engagements professionnels aussi. Je connais aussi les gens qui y vivent et leurs attentes. Pour Sélestat et le Centre Alsace, je souhaite le promouvoir et ça fait parti de nos engagements. Sélestat doit retrouver une place forte au sein de cette nouvelle collectivité. Sélestat a un peu perdu de sa brillance. Depuis toujours, Sélestat est un carrefour important dans l'histoire de la vallée rhénane et doit le redevenir.

S'engager haut et fort pour la population, pour le côté social, santé. C'est quelque chose que vous faites déjà tous les jours et que vous voulez porter cet échelon ? 

Muriel Braun - oui, faire bouger ce qui ne va pas et aller plus loin pour que l'on puisse avancer. Je me rends compte qu'il y a énormément de choses à faire pour que le maintien à domicile soit possible pour certaines personnes. Je pense qu'il faut être vraiment sur le terrain pour voir les choses au quotidien et c'est pas le fait d'être derrière un bureau, de vouloir faire des grandes thèses qui fera avancer les choses.

Pour vous monsieur Digel, pourquoi est-ce que vous vous présenter ? Il n'y a pas de parti sur l'échiquier politique. On est plutôt centre, centre droit ?  

Denis Digel - Oui, j'ai toujours été de cette mouvance alsacienne. Cette droite historique alsacienne qui était de centre droit ou de centre. Digne représentant de cette lignée. J'ai été élevé comme cela. Ce canton a toujours été de cette mouvance et je m'engage pour les gens. Faire carrière politique, c'est pas vraiment ce que nous avons en tête. C'est vraiment pour participer à la vie du territoire et pour apporter quelque chose aux gens. Je pense que je l'ai démontré au travers de mes engagements passés (profesionnels, syndicaux, municipaux, électoraux). J'ai toujours répondu à l'attente des gens, j'ai toujours su être proche des gens et c'est ce qui nous caractérise. C'est nous qui sommes sur le terrain. On ne fait pas la politique depuis Paris. On vit la politique tous les jours et on veut la faire vivre tous les jours sur le terrain. Nous travaillons tous les jours sur le territoire. Nous rencontrons tous les jours des gens qui comptent sur leurs élus pour être leur relai, auprès des instances départementales ou plus haut.

L'engagement pour les citoyens, quels sont-ils ? Qu'est-ce que vous proposez ? Qu'est-ce qu'il y a dans le programme ? Si la mouture est déjà là, quels sont vos engagements que vous prenez devant les électeurs si vous êtes élus ? 

Muriel Braun - Nous attendons les attentes des gens et après nous prendrons les engagements. Ça ne sert à rien de prendre des engagements alors que ce n'est pas ce que les gens attendent. Il faut plutôt être à l'écoute et ensuite agir. 

Pour cette dynamique Centre Alsace, comment est-ce qu'on revient un petit peu au milieu des négociations perdues entre Colmar, Strasbourg, Mulhouse ? Comment redonner cette flamme d'antan au Centre Alsace ? 

Denis Digel - En l'affirmant tout simplement ! Je pense que depuis longtemps, on affirme plus notre rôle essentiel du Centre Alsace, de la capitale du Centre Alsace à Sélestat. Si sélestat progrèsse, c'est tout le Centre Alsace qui progresse et il faut l'affirmer, l'avoir au coeur. À Sélestat, aujourd'hui, nous sommes au coeur de l'Alsace, de cette nouvelle collectivité. Avant nous étions balancés entre Haut-Rhin et Bas-Rhin. Maintenant nous sommes au coeur de cette collectivité, d'où notre slogan : l'Alsace au coeur ! C'est une vraie affirmation qu'on aura toute au long de la campagne, pour affirmer le rôle très important du territoire de Sélestat.  

Propos recueillis par Pablo DESMARES