CORRESPONDANCE DE CONFINES - MAI 2020

Correspondance de confinement, la poésie pour contrer l’ennui !

Ce confinement peut aussi donner lieu à de beaux élans poétiques… A la manière d’une correspondance de guerre, entre humour, colère, résignation et espoir, je vous invite à lire ces mots quotidiens entre Francis et Sébastien. Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur

Suite des échanges : 

√ JOUR 17 : 27 avril 2020

* Courrier de Francis

Mon cher ami Sébastien, en ce 41eme jour de combat. Pour info, je voulais te dire que j'ai vu un communiqué du sergent Tiane, mais quel homme celui la aussi. Il est stipulé dans ce communiqué qu il prend des commandes pour le 1er mai afin d'apaiser et réjouir les combattants au front. Oui lui comme bien d'autres, sont à ton image. Bon et investit dans ce combat. Oui toi qui a toujours fédéré autour de toi tant de personnes afin qu’ils s'engagent dans différentes tâches. Oui toi l'homme qui aujourd’hui me semble si loin. Le petit commandement c'est investit aujourd’hui dans une mission éloignée. Elle est à ton image. Engagée. Je me remémore ces moments où grâce au capitaine CERVEZA et le sergent Frank, nous étions ensemble à jouir de ces moments de liberté. Ou tu allais avant à la caserne Lideulle préparer les victuailles afin que ces rencontres soit des plus festives et endiablées. Pour ma part, je passais également voir le général Leclerc quand il te manquait de quoi faire de ces moments de moments parfaits. Je me répète peut être. Mais te voir, sentir tes accolades, t'entendre me manquent. Tu ne peux savoir à quel point je trépide d’impatience de nous retrouver. Je serai bien là de nouveau à tes côtés si ce combat ne m emporte pas. Je fais en sorte également dans le cas où il ne serait pas possible de positiver afin de pouvoir également organiser une rencontre. Ouvrir les portes de notre caserne et te voir arriver sur ton destrier comme au bon vieux temps serait pour moi un soulagement une joie un moment jouissif. Mon ami. Santé avant tout. Dans l’attente de nos futurs moments. Ton ami Francis

* Réponse de Sébastien

Jour 41 (c’est le Loir-et-Cher et sa Sologne qui sont à l’honneur, vive la tarte tatin... Numéro Niobium et premier. Noces de fer, indicatif suisse) - Mon très cher et Fidèle Ami Francis, je rentre d’une matinée sur le front. La libération arrive bientôt, mais je pense que cette guerre n’est pas finie... En effet, beaucoup de nos soldats ne respectent toujours pas notre protocole de combat! Et je crains que le 11 mai, jour de la libération, ne sera pas un armistice et qu’une deuxième vague d’attaque arrivera et le combat recommencera... J’espère de tout mon cœur me tromper... Comment faire comprendre à nos soldats que l’ennemi est et sera toujours présent sur le front ? Notre grand commandement et notre Burgmeister n’appliquent pas la bonne méthode! Oui, nous sommes livrés à nous mêmes avec trop peu de moyen pour combattre. Bref, voici quelques nouvelles de nos acteurs sur le front : Caporal Bock est en forme, ouf !!! Toujours fidèle à lui même. Le généreux adjudant Tist a ramené quelques victuailles pour ma troupe de la tranchée Redoute. Quel saint homme ! J’ai eu la chance d’échanger quelques idées à l’entrée du Central avec le caporal chef André, sa petite commandante Anne Einblanc va bien. Ainsi qu’avec le Sergent Demolécule, notre artificier en chef de bourg qui avait besoin d’un réglage sur son oculaire de visée. J’espère que ton moral va mieux et que tu as pu poursuivre ton combat dans de meilleures conditions ? Pour ma part je suis encore amère, à l’idée de ne pas pouvoir passer un seul instant à tes côtés. J’ai hâte de te rencontrer. Mes insomnies sont longues et de plus en plus fréquentes : le monde cafouille : 

Petite bidouille de bafouilles pour cette Chtouille.

On verrouille nos bouilles de gargouilles, On glandouille, on frissouille et on bouille, Les oiseaux gazouillent et je gribouille.

On se dépatouille, sans magouilles, ni vadrouilles, Macrouille la fripouille nous écrabouille Et ses patrouilles nous foutent la trouille, On s’agenouille, c’est la merdouille, il nous zigouille.

On mâchouille du fenouil, on boit du pistrouille, On se débrouille avec des citrouilles, On tambouille et touille que des nouilles, On crachouille sur la ratatouille qui nous barbouille

Plus de chouilles, ni de branchouilles, on est bredouille, on cafouille avec nos quenouilles qui rouillent

Où sont les papouilles,les chatouilles et les lèchouilles ? 

On cafouille, on farfouille et tritouille nos douilles, Qui grouillent de favouilles et qui pendouillent, faute de cramouilles ou des grenouilles qui pétouilles et mouillent dans la gadouille

Ouille ouille ouille, c’est la dérouille, on pissouille et on en a plein les fouilles

Ton ami fidèle Sébastien

√ JOUR 18 : 28 avril 2020 

* Courrier de Sébastien

Jour 42 (c’est la Loire et sa salade de barbérans stéphanoise qui sont à l’honneur. Numéro du molybdenum et noces de nacre. Distance d’un marathon. Un saros (42 eclipses), nébuleuse d’Orion. 42 below: Vodka new-zélandaise. Baril de petrol= 42 gallons) - Mon très Cher et Fidèle Ami Francis, quel plaisir d’avoir aperçu ce matin ta frimousse au travers de ta fenêtre. Je suis en train de regarder l’information de notre grand commandement à l’assemblée nationale. Le gratin propose et impose l’équipement obligatoire et n’est même pas capable de les porter lui même. Soit ils sont au dessus des lois, soit comme l’a dit la fameuse ministre: « je ne sais pas utiliser un masque! ». Sont-ils ou nous prennent-ils pour des idiots ? Bref, nous petits combattants, nous sommes dans la réalité et comprenons beaucoup mieux la situation. Je suis également surpris que la grande commanderie ne mette pas plus de pression sur les groupes d’assurance! Une étude a prouvé qu’ils ont gagné cette année 2,5 milliards d’euro de plus, grâce à la diminution dès accidents, et à l’augmentation des polices d’assurance auto, est-ce normal ? C’est un gain net pour eux ! Et uniquement sur les voitures !!! J’aimerai qu’on nous explique pourquoi nous payons (très cher) des pertes d’exploitations ??? Et on nous refuse l’indemnisation !!! 

Petite parodie du jour : 

Nous sommes dirigés par des manipulateurs :

Ils supportent les perquisiteurs, les assureurs et les voleurs, quelle puanteur !

On nous promet des respirateurs, insufflateurs et des vaccins pasteurs, De vrais menteurs-amateurs, quelle lenteur ! Tous des arnaqueurs, c’est un crève-cœur.

Quelle douleur, j’ai peur ! 

Ton Ami fidèle - Sébastien

* Réponse de Francis

Mon cher ami Sébastien, en ce 42eme jour mon grand plaisir à été de t’apercevoir sur ton destrier devant ma fenêtre et te remercie encore pour cette livraison qui va nourrir mes troupes ce soir. Je constate aujourd’hui encore que tu es une personne sur qui je peux compter. Mon seul combat du jour est d'être allé chez le général Mousquetaire faire mon ravitaillement en gaz. Aujourd’hui encore même si je t ai entre vu. Tu me manques énormément. Notre moment d échange est d être positif. Nous sommes inquiet quand à notre futur. A l'écoute de notre premier ministre nous restons pour ma part quasi au même stade qu avant son allocution. Je me sens en ce jour aussi perdu qu’avant. Mais ensemble nous serons forts. Je n’ai aucun doute pour cela.

√ JOUR 19 : 29 avril 2020

* Courrier de Sébastien :

Jour 43 (c’est la Haute-Loire, sa verveine et lentilles vertes, son aligot, de Puy en Velay, ses eaux: Volvic, et St Yorre qui sont à l’honneur. Nombre de lettres de l’alphabet. Nombre premier, et du Technetrum et noce de flanelle. Indicatif de l’Autriche. Liqueur espagnole: Licor 43) - Mon très cher Ami Francis, les jours se suivent et se ressemblent... et je me réjouis toujours autant de te revoir. Tu me manques vraiment. Quelques nouvelles du front : Le sergent Siane combat très dur sur le front, pour embellir vos tranchées et réjouir toutes nos petites commandantes. Pensez à ce gentil homme qui s’arrache pour trouver la matière première des ornements si rare en période de guerre... Afin que notre moral se maintienne. Le Sergent Franck, quelle bonté, toujours prêt à donner quelques cartouches ou grenades, pour que notre combat se déroule avec le minimum d’accrocs. Sans oublier son rôle majeur, à la transmission, dans ce combat. L’adjudant Tist, qui nous ravitaille sans compter en victuaille et équipements de combat, il donnerait sa chemise ! Sans oublier tous les soldats du bourg, que je n’ai pas eu l’occasion d’apercevoir: le capitaine Cerveza (ravitaillement cartouches et grenades) le colonel Poireau (ravitaillement vivres), les commandos Kteur et les fantassins Firmiers de la Caserne du Heyden (croix rouge), le soldat Wachior (hébergement), le soldat Viandar (transformation produits), adjudant artepfle (protections soldats), Sergent Lehmann ( artificier), caporal Bock (responsable canons et boulets), et tant d’autres que nous remercions. L’entraide est primordiale. Dicton du jour :

Depuis la Tranchée Redoute : Je doute et glougloute une gougoutte de Vermouth qui me shout.

On écoute des Makrouts qui nous maraboutent, nous déroutent et nous encroutent, de la banqueroute jusqu’au burnout où est cette louloute, ma Choute du mois d’août qui envoute ma biroute? Elle chouchoute sa choucroute.

Je vais bientôt casser la croûte.

Ton Ami fidèle Sébastien 

* Réponse de Francis

Mon cher ami Sébastien, comme tu le dis si bien, les jours se ressemble et paraissent de plus en plus long. Aujourd’hui, à la caserne, nous n’avons pas profité des extérieurs de notre caserne. En effet le froid et la pluie sont de retour. Et pourtant, j’imaginais ce moment tant attendu. Se retrouver rire jouir d'être ensemble. Te rappelles-tu tout ces bons moments ? J'enchaine ce combat grâce aux outils informatiques mais cela ne fait pas tout. As-tu entendu que le grand commandement va classer les zones de combat avec des couleurs. J’en suis à la fois stupéfait et à la fois je trouve cela risible. Cela me rappelle mes premières années de scolarité. J imagine qu’à défaut de distribution de protections et munitions, nous allons recevoir des images où des bon point... Nous pouvons nous féliciter d’avoir des hommes engagés sur ce front. Et tu les nommes régulièrement. Je te retrouve bien là, toi qui es également engagé. Et pourtant tu restes en retrait pour les mettre en valeur. Ah mon ami fidèle. Quel combattant tu es. Quelle bravoure au quotidien. Ceci je te le rappellerai dès nos retrouvailles. Nous ripaillerons et abuserons de nectar et liqueur que seul toi connais les recettes. Dans l'attente de te retrouver. Santé à toi mon ami. Ton ami Francis

√ JOUR 20 : 30 avril 2020 

* Courrier de Sébastien

Jour 44 (c’est la Loire Atlantique et le battereau Nantais qui sont à l’honneur. Numéro du Ruthénium et noce de topaze. Bon anniversaire à Jacky de Dorothée et Nicolas Hulot, année de Naissance de Coluche. On mange des magnums) - Mon très cher Ami Francis, on se réveille cauchemardeux, bigleux et anxieux. Pas de ciel bleu, c’est venteux et il pleut ! On est vineux, adipeux et comateux, mais pas fiévreux, ni tuberculeux, merci mon dieu. On meut peureux, dans des endroits populeux et pesteux, irrévérencieux, merdeux et hasardeux, on fuit les glaireux soupçonneux Sur les conseils de nos rebouteux sauve-qui-peut ! Les Violoneux obséquieux cultivent le mystérieux, avec des discours vaporeux: de la poudre aux yeux ! C’est sérieux ? Plutôt scabreux et même vicieux. Le couvre feu n’est pas antivenimeux, on peut jouer franc-jeu ! Ton ami Fidèle - Sébastien

* Réponse de Francis :

Mon cher ami Sébastien, je sors à l instant de réunion avec l'équipe du bourgmestre. Effroi, déception, stupéfaction. En effet depuis tant de jours nous combattons. Et j apprends qu’il met en place seulement maintenant une commission contre ce combat. Ouahhhhh ! Je sais que tu me comprends. Et ceux malgré mes interrogations, je n'ai pas eu de réponses. Malgré tout aujourd’hui je suis passé à la caserne du capitaine CERVEZA, nous ne nous sommes pas croisés mais je sais qu’il devait être au front. Quel plaisir de te lire. Chacun de tes messages me réjouit. Te lire et avoir de tes nouvelles. De savoir que tu vas bien alors que tu combats au quotidien me rends fier de toi. Oui toi l'homme qui hante mes pensées. Je m'impatiente de te retrouver. Mais au vu de l incertitude de quant à la fin de ce combat. Je me dis que voir ton sourire. Entendre tes rires n’est pas pour demain. Je souhaite tant festoyer ripailler à tes côtés. Quand est-il de tes troupes ? Je t'imagine préparer notre prochaine rencontre. Je sais que tu vas me surprendre. Quelle confiance aveugle j’ai. Non notre passé ensemble fait que je n ai pas peur de ce moment où j en suis certain émotion et joie seront au rendez vous. Mon ami. Je pars rejoindre le petit commandement. Santé mon ami, ton fidèle ami Francis

√ JOUR 21 : 1 mai 2020 

* Courrier de Sébastien

Jour 45 (C’est le Loiret , le brie de meaux et la moutarde d’Orléans qui sont à l’honneur. Numéro du Rhodium et noces de Vermeille. Fin de la 2 eme guerre mondiale. 1+2+3+4+5+6+7+8+9=45) - Mon très Cher Ami Francis, quelle joie de te lire aujourd’hui et de connaître ton implication dans la vie du bourg. Tu es investit et prends tes responsabilités à bras le corps. Je sais que l’on peut compter sur toi, tu es un gentil homme. Concernant l’équipe du Burgmeister; Mieux vaut tard que jamais !!! Quelle belle caserne, celle du capitaine Cerveza! Toujours prête à nous aider dans nos ravitaillements laborieux, j’espère qu’il ne s’est pas abîmé au combat en se relâchant, sachant que l’armistice s’approche... Il faut rester vigilant et prudent, c’est souvent à l’arrivée que tout ce joue. J’ai hâte de te retrouver :

A force de t’apercevoir du haut de ton promontoire. Je broie du noir et j’ai l’espoir de te revoir pour faire la foire autour d’un abreuvoir, munis de nos entonnoirs et de pinot noir, nous pourrons boire jusqu’à choir, sur le trottoir qui nous sert d’urinoir, à la mémoire de la victoire.

Ton fidèle Ami, Sébastien

* Réponse de Francis

Mon cher ami Sébastien, ce jour devait être une fête. Nous nous serions certainement rencontré et jouis ensemble de ce moment. Mais la période et la durée de ce combat en a fait autrement. Je t'imagine occupé à préparer ton salon d'été. Là où je sais déjà que tu nous recevras. Tous ces combattants que tu as déjà invité pour un festin digne de nos futures retrouvailles. De mon côté, je me suis un peu penché sur les derniers messages du grand commandement. Pas rassurant du tout. Je ne sais pas de quelles grandes écoles ils sortent. Mais une réforme me semble nécessaire. Quant à notre bourgmestre, alors il excelle dans la communication mais surtout pas dans la gestion de notre commune. Pas de munitions pas de protections. Pas de réflexion sur ce combat. Ici à la caserne, c est le calme et nous allons profiter de ce moment pour prendre quelques breuvages. Oui ceux ci vont me rappeler ces moments où nos regards se croisaient. Y suivait des sourires et des rires. Oh que ces moments me manquent mais je reste concentré sur ce combat. Mon ami. Le petit commandement que je dois rejoindre te salue. Quant à moi je vais faire en sorte de fournir les breuvages. Ton ami Francis 

√ JOUR 22 : 2 mai  2020

* Courrier de Sébastien

Jour 46 (c’est le Lot, la Mique quercynoise, Le rocamadour et foie gras qui sont à l’honneur. 46 Chromosomes chez l’homme. Nombre de palladium et mariage de lavande. Indicatif de la Suède. Nombre de livres de l’ancien testament. Bible du Roi Jacques: 46eme mot shake, 46eme mot avant la fin spear, bible publiée quand Shakespeare avait 46 ans !) - Mon cher Ami Francis, une journée écrite sans rectite ! Les troupes déconfites profitent, pas de phlébites, ni arthrite, mais remplies d’adipocytes. Leur conduite est inédite mais subite et prescrite. Pour qu’en transit, le Covit nous quitte ? 

Obèses et sans Job, Obscures sous nos bobs, Obnubilés par nos Zobs, Obéissant on nous

snob !, On prohibite les exits : Remplit tes feuilles manuscrites !

Évite les sites et tes acolytes ! Médite et prend des cuites tacites à l’eau bénite !

Avale-t-on des frites à l’amanite ou des bites d’Inuits en kit !

Du haut de leurs satellites, en orbite avec leurs pépites. Ils nous informent via post-it in-explicites, de nos bronchites et coronarites contredites ! Dites leurs que ce rite nous dépite. Ton fidèle ami, Sébastien 

* Réponse de Francis

46eme jour de combat, mon ami Sébastien. Aujourd’hui je suis un peu comme la météo. Mitigé comme la fin de ce combat. Drôle de combat pour lequel je te sais engagé. Toi fidèle à toi même , à tout donner pour les autres quitte à te sacrifier. Fait attention mon ami. Je ne cesse à penser à toi et j'ai peur. Peur de ne pas nous retrouver à ces moments de plaisirs de jouir ensemble. Je regarde par les meurtrières de notre caserne et je vois beaucoup de combattants abandonnés ce combat. Je me languis malgré tout de ce moment où nous allons nous retrouver de nouveau ensemble. Je ne sais si tu te rappelles de ces moments où nous nous côtoyons et qu un simple regard nous rendais admiratif l'un pour l'autre. De simple mots nous rendais joyeux, heureux. Oui j'ose dire que tu me manques. Que ces moments ensemble me semble si loin. Toi oui toi qui au quotidien faisait de mes journées de bons moments passés avec toi. J espère malgré tout que tu vas bien. Et je te sais impatient également de me retrouver. Mon ami. Aujourd’hui peu de nouvelles du combat. Dans l'attente des tiennes. Ton ami Francis

√ JOUR 23 : 3 mai  2020

* Courrier de Sébastien

Jour 47 (c’est le Lot et Garonne, l’aligot et les Pruneaux d’Agen qui sont à l’honneur. Nombre de l’argent et noces de cachemire. Nombre de miracles réalisés par Jésus dans le nouveau Testament et indicatif de la Norvège). Mon très Cher et fidèle ami Francis, je tournicote, j’ai la bougeotte ! On me ligote, je gigote dans mes bottes, de ma paillote, je vivote et me révolte, comme une chochotte idiote, je psychote. Et tremblote comme une fiotte en menottes , leurs flottes parlotent pour les votes, ils yoyotent et nous asticotent et barbotent, gnognotes avec leurs épiglottes et mégotent sur leur cagnotte de patriotes, notre carotte ! C’est la chiotte trop d’anecdotes, une pêche d’ostrogotes à la palangrotte. On boycotte nos potes jusqu’à ce que Donquichotte dégote l’antidote. Ton fidèle Ami, Sébastien 

* Réponse de Francis

Mon ami Sébastien, que le temps est long moi de toi. Oui je me languis de te retrouver d'autant plus que nous avons perdus des troupes affectées à d’autres casernes. Heureusement que les transmissions fonctionnent. Je n'ose imaginer ce que nous ferions sans elles. J'ai apprécié ne pas avoir eu besoin de préparer la ration du jour mais je suppose que c était à titre exceptionnel. Demain mes responsables et moi avons prévu d essayer d organiser une lente reprise. Que cela va faire du bien car ce combat semble si long. Mon ami être à tes côté est aujourd’hui devenu un fantasme. Festoyer et s'abreuver ensemble. Quelle douce idée. Je dois prendre une communication d'ici peu et vais donc devoir te laisser. Ton ami Francis

√ JOUR 24 : 4 mai  2020

* Courrier de Sébastien

Jour 48 (C’est la Lozère et son fricandeau qui sont à l’honneur. Numéro du cadmium et noces d’Améthyste. Indicatif de la Pologne) - Mon très Cher Ami Francis, les jours se suivent et se ressemblent de plus en plus. Cette situation devient débile ! Je me rappelle de ce 1er jour de combat où tu fêtais ton anniversaire ! Quel courage ! Garder ta ligne de conduite alors que ce début de guerre pour toi a du être aussi bien dans la privation que dans l’organisation de tes stocks... Je me rappelle aussi des quelques mots que j’ai pu échanger en publique, puis notamment avec toi par la suite: sur mes intuitions de la mise en place par le grand commandement de ce combat... Souvent la cause d’une guerre n’est pas celle qu’on veut nous faire entendre !!! Je pense toujours et encore que la grande commanderie a réussi son coup: Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur... L’inquiétude d’une zénitude absurde :

L’Inaptitude commande nos prudes habitudes, notre rectitude répond comme une servitude, à L’incertitude qui nous plonge dans la solitude et extrude notre concrétitude à la rude. Il faut qu’on élude cette décrépitude et qu’on dénude d’une rude amplitude. cette Attitude absurde avec magnitude 

« La terreur est le sentiment qui arrête l’esprit devant ce qu’il y a de grave et constant dans la souffrance humaine et qui l’unit avec la cause secrète » James Joyce

Ton fidèle Ami, Sébastien 

* Réponse de Francis

Jour 47. Mon grand commandement n’est pas disponible. Et délègue au petit commandement son devoir du jour. Nous sommes lui et moi un peu perdu dans la continuité de cette guerre. Depuis deux jours nous avons perdu nos certitudes. On nous a promis le déconfinement le 11 mars. Mais on vient d’apprendre que finalement pour notre région il y a de fortes chances que ça ne soit pas le cas. Est ce que le grand commandement nous prendrait pour des cons ? Nous venons d apprendre aujourd’hui que pour la distribution de protection dans une caserne qui n’est pas là notre, que le combat est parti en guerre. Quelle triste nouvelle alors que nous pensions que notre région, première touchée par ce combat était soudée. Nous attendons aujourd’hui les munitions et les protections de notre commune. Pour pouvoir, affronter cette guerre en toute sérénité ! En attendant de te retrouver rapidement. Ton ami Francis ne t’oublie pas. Et s impatiente d'être à tes côtés. Mille pensées

√ JOUR 25 : 5 mai  2020

* Courrier de Sébastien

Jour 49 (c’est le Maine et Loire, la galipette d’Anjou et le cul de veau à l’angevine qui sont à l’honneur. Numéro de l’indium et noces de cèdre. Nombre de cordes d’une harpe et d’un célesta: sorte de piano:-). Nombre de chiffres au loto) - Mon Cher Ami Francis, aujourd’hui je me rends compte que ce monde peut craquer. C’est vrai ! Ce combat est difficile et sournois. Et l’erreur est humaine. Les moments de permissions sont importants, il faut s’y ressourcer mais faire attention de ne pas se briser les ailes ! Et ne pas oublier de préserver nos stocks de munitions. C’est essentiel pour tenir... Je rentre d’une 2ème matinée consécutive sur le front. L’ambiance y est bonne, on sent que la libération approche. Mais je répète sans arrêt à nos combattants de ne pas se relâcher. L’ennemie est bien et sera toujours là présent, même après l’armistice. En effet, c’est un faux-jeton et peu nous frapper par derrière sans qu’on s’en aperçoive! Et peut nous meurtrir sérieusement... D’ailleurs est-ce le bon ennemi qui est combattu ??? Opération Libération :

 En attendant leur délibération, on aperçoit par réverbération juste une touche d’expiration : Par accélération de coopérations. 

Ces augmentations d’expérimentations sont Aimantée par la fermentation d’une situation de règlementations, De pigmentation et de défragmentation, D’une suralimentation d’ornementations. On nous ment, songes-y ! Quelle Lamentation, on nous ment tant qu’on ne sait que croire !

Ton ami fidèle. Santé ! Sébastien

* Réponse de Francis

Mon ami Sébastien, aujourd’hui je sais que tu es allé au combat comme beaucoup. Le petit commandement a du lui aussi partir en mission. Pour ma part je me suis occupé de la caserne entre autre et fait que chacun puisse si sentir bien. Je serai prêt également à te recevoir. Je reviendrai plus longuement vers toi pour des nouvelles. Je n'ai malheureusement pas eu le temps en ce jour gris. Ton fidèle ami Francis

√ JOUR 26 : 6 mai  2020

* Courrier de Sébastien

Jour 51 (c’est la Marne et son Champagne qui sont à l’honneur. Numéro de l’antimoine et noce de camélia. Le Pastis, la zone, que de mystères... indicatif du Pérou) - Mon très cher Ami Francis, quel bonheur de te sentir à nouveau investi dans ce combat. Et d’entendre de ta part des nouvelles de notre bienfaiteur le capitaine Cerveza. Pour ma part tout va pour le mieux, je rentre du front, les appareils de visée sont quasiment tous réglés... J’ai pu échanger avec le caporal bock (responsable canons et boulets en plus), il se porte à merveille et souhaiterait prendre du grade après avoir vu tous les épisodes de Zorro, il est devenu fan du sergent García... J’ai pu croiser la sergente Hachetée (son rôle dans la reconnaissance aérienne et prise de, est d’une aide primordiale dans notre combat). Elle prépare un book intéressant pour nos combattants isolés. À voir impérativement: « portrait de confinés » sur facebook: https://www.facebook.com/Portraits-de-confin%C3%A9s-107092464321101/

Je me prépare également pour cette journée de permission et vais chercher le ravitaillement en victuailles chez le colonel Poireaux pour mes troupes. J’espère te revoir bientôt, tu me manques mon ami... Tiens-moi au courant sur les nouvelles di grand commandement de 16:00... La tranchée Redoute est difficile d’accès et je pense que la transmission n’arrivera pas à nous délivrer le message d’ici la semaine prochaine... J’ai hâte de te revoir - Ton ami fidèle, Sébastien

* Réponse de Francis

Mon cher ami Sébastien, je viens d être informé d'une dépêche qui stipule que demain pas de combat mais que malgré cette courte trêve, nous devons rester dans nos casernes. J'aidécidé avec le petit commandement d'octroyer aux troupes un moment de repis. Pour ce faire j'ai été missionné ce jour pour me rendre chez le capitaine CERVEZA et le général Leclerc pour enfin finir aux services légumes frais du jour. J'ai de quoi faire de cette soirée et la journée de demain un bon moment à la caserne. Cela va nous faire du bien. J'espère que tu en feras de même à la caserne redoute. La caserne redoute, j ai entendu dire que des travaux ont étés effectués afin d organiser une fête après ce grand combat. Saches qu il m'arrive des moments comme ce jour où j'ai cru t'apercevoir. Mes nuits et mes rêves me font défaut ou serait ce l'isolement du quotidien. Nous sommes proches de la fin, mais j'attends avec impatience le télégramme de 16h à toutes les troupes pour les dernières consignes. En attendant de te revoir, mes pensées vont vers toi. Ton ami fidèle Francis

√ JOUR 27 : 7 mai  2020

* Courrier de Sébastien

Jour 50 (c’est la Manche, La Teurgoule et le P’tit Zef qui sont à l’honneur. Nombre d’étain et noces d’or. Nuances de gris. États aux USA. Vitesse limite en agglomération. Anniversaire de Francis le jour du début de notre combat !!!) - Mon cher Ami Francis, aujourd’hui je m’inquiète pour toi... En effet tes lettres sont de plus en plus évasive et me laisse présager que le moral dans ta troupe est à la baisse ? Toi, grand compétiteur, le sait mieux que quiconque. Il ne faut jamais baisser les bras, et redoubler d’effort, d’autant plus à la fin de la rencontre... Nos troupes s’organisent pour le combat d’après le 11 mai. Tu dois regarder devant et organiser ton match à venir. L’ennemi invisible et incompréhensible est et sera toujours présent. Même si les combattants réalisent doucement la vérité: l’absurde de la situation. Aujourd’hui il faut écouter son cœur, c’est lui qui guidera notre raison: Meilleur choix dans une situation idiote et déraisonnable. Ton fidèle Ami, Sébastien

* Réponse de Francis :

Mon cher ami Sébastien, quelques mots pour te rassurer. Je vois en toi des inquiétudes à mon égard. Je t'en remercie. En effet préparer la fin de ce combat est compliqué et je m y attaché au quotidien. Le temps est si long loin de toi mais saches que les frigos sont pleins de victuailles et de nectar. Nous allons bientôt pouvoir nous retrouver. Je sais que nous allons jouir de ce moment à sa juste valeur. Mais j'ai en ce moment beaucoup de travail à faire lors de mes différentes missions. Je vais essayer de prendre contact avec toi ce soir. Apparemment nous aurons un appareil de dernière génération qui va nous permettre y peut être de croiser nos regards. Je te tiens au courant. Ton ami Francis

FIN DE CORRESPONDANCE !