Changements et nouveautés en quantité au Smictom d’Alsace Centrale


03 octobre 2022

La fin d’année est plutôt agitée du côté du Smictom d’Alsace Centrale. Ce vendredi 30 septembre, le Centre de Stockage des Déchets Non Dangereux du Heidenbuhl, situé à Châtenois, a réceptionné une dernière benne avant sa fermeture. Une autre date importante est également à venir pour les particuliers. Dès le 01 janvier 2023, les gestes de tri seront simplifiés et le nombre de levées des bacs gris sera de 18.

Un « événement majeur pour le Centre-Alsace ». Ouvert depuis 1979, le Centre de Stockage des Déchets Non Dangereux du Heidenbuhl, n’accueillera plus aucun déchet. Grâce à cette fermeture, le Smictom d’Alsace Centrale atteint son objectif de zéro enfouissement. Les quelques 8 000 tonnes de déchets non-valorisables, qui étaient jusqu’ici enfouies sur le site, seront désormais transformées en combustible solide de récupération. Et la valorisation énergétique ne s’arrêtera pas là. La piste d’une ferme photovoltaïque de 6,5 hectares, pouvant produire jusqu’à 3 500 MWh d’électricité, est à l’étude pour l’avenir du site.

Les explications de Sylvie Pepin, responsable communication au Smictom d’Alsace Centrale :



Ce site, d’une superficie de 141 000 m², l’équivalent de 14 terrains de football, a atteint un stockage total de 1 355 000 tonnes de déchets. Ce qui correspond à 134 tours Eiffel.

A l’occasion de la cérémonie de clôture du site, le samedi 01 octobre, une cartouche temporelle a été enterrée. Dans celle-ci, divers objets jetables qu’il est possible de remplacer dès maintenant avec du durable ont été placés. Cette capsule sera ouverte dans 30 ans, en 2052, avec l’espoir d’une prise de conscience du chemin parcouru en matière de production de déchets.



IMG_6910.jpg (1.91 MB) 
Rasoirs jetables, couverts en plastique, capsules de café peuvent se substituer dès maintenant. / CP : Solène Martin


Après l’arrêt d’enfouissement de déchets, le Smictom d’Alsace Centrale doit maintenant se pencher sur la renaturation du site du Heidenbuhl. Cela débutera par un remodelage du massif de déchets, puis avec une première couverture de terre qui devrait être mise en place dans les six mois à venir. Dans deux ans, une membrane de couverture définitive, composée d’argile et de géomembrane, sera encore installée. Le coût de ces travaux est de 4 millions d’euros.

De nouvelles consignes de tri

Après la généralisation des biodéchets en 2020, de nouvelles consignes de tri, simplifiées, seront à appliquer dès le 01 janvier 2023. En plus des cartons, conserves, bouteilles et flacons plastique, tous les emballages et les papiers pourront être déposés dans le bac jaune. Une seule question sera encore à se poser : « Est-ce un emballage ? ». Si oui, ces déchets doivent aller dans le bac jaune, vides et en vrac. Il n’est cependant pas nécessaire de les laver. Si non, il faudra les jeter dans le bac gris. Les déchets du bac jaune seront dans la grande majorité recyclés, à 80%. Ceux dont les débouchés de recyclage n’existent pas encore, seront eux valorisés énergétiquement. Mais pour Sylvie Pepin, « ce n’est pas parce que nous pouvons mettre un emballage dans le bac jaune, que nous n’avons pas besoin de nous demander si nous en avons réellement besoin », rappelle-t-elle, dans l’objectif de sensibiliser aux productions de déchets.

Les dispositifs de collecte modifiés

Cette simplification des consignes de tri a une conséquence. Dès le 01 janvier 2023 également, l’abonnement aux services du Smictom d’Alsace Centrale comprendra 18 levées du bac gris, au lieu de 36. Les levées supplémentaires seront facturées. Un « objectif réalisable », déjà appliqué dans d’autres territoires. Pour rappel, 71% des déchets du bac gris pourraient être évités, compostés ou mieux triés. Ce qui influe directement sur les tarifs de la redevance.



La collecte des bacs gris continuera de s’effectuer toutes les semaines, et toutes les deux semaines pour le bac jaune. A noter, le nombre de passages en déchetterie sera lui aussi abaissé à 18.

Propos recueillis par Solène Martin (AZUR FM) / © Crédit photo : Smictom d’Alsace Centrale