INFOS LOCALES DU 24 NOVEMBRE 2021 Azur FM, 1ère radio associative d'Alsace

118 vues
Télécharger le podcast

Sujets traités : 

- La ministre de la transition écologique veut avancer dans le dossier stocamine. Barbara Pompili persiste et signe, elle a annoncé hier à Strasbourg qu'il ne fallait plus tarder pour entamer les opérations d'enfouissement définitifs des déchets toxiques stockés à Wittelheim, dans le sous-sol alsacien. Début novembre, malgré une décision judiciaire interdisant ces travaux, le gouvernement a accordé la garantie financière de l'Etat pour ces opérations. Une manière de contourner la décision de justice, tout en accélérant les choses. Au grand dam des associations, collectivités et élus locaux, qui militent pour l'évacuation de ces déchets, ces derniers présentant un risque important en terme de pollution de la nappe phréatique rhénane, située juste en dessous.

La veille, Anne Hidalgo, acutelle maire de Paris et candidate aux élections présidentielles de 2022 était également de passage en Alsace pour commencer son tour de France de campagne. Après plusieurs rencontres à Mulhouse, elle s'est rendue à Wittelsheim, à l'entrée du site de Stocamine. Elle y a déclaré que, si elle était élue, elle reviendrait sur la décision de confiner totalement ces déchets. Décision qui s'apparente pour elle à un déni de démocratie. Pour la candidate socialiste, il en va du sort des générations futures.

Autre visite ministérielle en Alsace ce mardi, celle de Bruno le Maire. Le ministre de l'économie, des finances et de la relance s'est rendu au congrès national de l'UMIH, l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie restauration. Objectif parler aux professionnels du secteur et les rassurer dans des temps compliqués, notamment en terme de recrutement, il manque près de 30% de personnel au niveau national. Pour le ministre, il faudrait donc augmenter les salaires pour rendre ces métiers plus attractifs, pour les professionnels, il faudrait moins de charges pour ce faire. Bruno le Maire a en outre déclaré que pour les restaurateurs et hôteliers, la meilleure solution restait encore celle du passe sanitaire, leur permettant de rester ouverts.

Un passe sanitaire qui sera en tout cas obligatoire à Strasbourg lors des marchés de Noël pour manger ou boire un vin chaud. Et pas n'importe où : la Mairie l'a confirmé hier, il faudra être dans des zones dédiées et fermées, auxquelles on pourra accéder grâce au fameux sésame. En parallèle, désinfection des mains obligatoire avant de toucher quelque chose sur un stand ainsi que le respect des gestes barrières. Chose qui risque d'être compliquée avec les milliers de visiteurs qui se rendent habituellement à Strasbourg pour les marchés. En tout cas, la police veillera au grain, et amendera les contrevenants qui n'auront pas leur masque sur l'ensemble de la Grande-Ile.

A Sélestat en revanche, pas besoin de passe sanitaire, du moins, pour le moment. Le marché doit également débuter ce vendredi pour courir jusqu'au 30 décembre. Et cette année, 500e anniversaire de la première mention écrite du sapin de Noël, il est encore plus incontournable que d'habitude, parole de professeur Sapinus ! Lancement des festivités à Sélestat vendredi à 17h au square Ehm pour un spectacle nocturne Horloges Célestes suivi de l'inauguration du marché. Le programme complet des animations et Noël est à retrouver sur www.selestat.fr

 - Gros excès de vitesse hier après-midi à Marckolsheim. Les gendarmes du peloton motorisé sélestadien ont contrôlé un automobiliste qui roulait à plus de 140 km/h sur la RD52, limitée à 80. Son permis a été immédiatement retiré et le chauffard sera convoqué prochainement devant le tribunal de Colmar.

Un gros manque de pot à Horbourg-Wihr. Il y a une quinzaine de jours, plus d'une dizaine de pots catalytiques ont été volé sur des véhicules stationnés devant un garage de la commune. Environ la moitié des voitures étaient neuves, les autres d'occasion. Les pots ont pu être dérobés grâce à une scie sabre sur batterie. Le préjudice s'élève à environ 20 000 euros, soit près de 1 500 euros par pot, hors taxe. Un vol qui a retardé la livraison de plusieurs véhicules vendus. Depuis plusieurs mois, autour de Colmar, comme ailleurs en Alsace, de nombreux vols similaires ont été commis, les tableaux de bord intéressant également les voleurs, suite à une pénurie de pièces.